mercredi 30 septembre 2015

Fragonard invité des Mardis de l'histoire de l'art

Reprise très attendue, hier soir, des "Mardis de l’histoire de l’art" organisés en partenariat avec l’École d’Art plastiques et présentés par Fréderic Dronne, historien d’art et conférencier auprès de la RMN.


En lien avec les grandes expositions nationales ou sur des thématiques universelles, ces conférences permettent de situer l’artiste ou le sujet dans un contexte politique, historique et culturel. Une approche sociétale et pluridisciplinaire de l’art.

http://museeduluxembourg.fr/

La soirée a été consacrée à Jean-Honoré Fragonard, en écho à l’exposition présentée au Musée du Luxembourg. Elève de Chardin puis de Boucher l’homme manie tous les genres, du portrait au paysage en passant par la fantaisie libertine. Curieux, il expérimente toutes les techniques, pastels, aquarelle, gravure, miniature … Frago, comme on le nomme, bouscule les règles établies, l’esquisse devient tableau, il peint la joie de vivre et l’invite au plaisir. Un moment écarté de la scène, il sera redécouvert au XIXème par les frères Goncourt.

Les représentations de lecteurs et lectrices abondent dans sa peinture comme témoins des pratiques de lecture du siècle des Lumières, époque du roman par lettres, des contes illustrés et des grands succès de La Nouvelle Héloïse de Rousseau et des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.

Si vous voulez assister aux prochains Mardis de l'histoire de l'art, n'oubliez pas de vous inscrire gratuitement via la billetterie en ligne !

Pour poursuivre cette rencontre voici deux propositions à retrouver dans les collections de la Médiathèque :



Le roman de Sophie Chauveau Fragonard l’invention du bonheur qui au-delà du peintre nous croque la vie des artistes au Louvre et la communauté des gantiers grassois dont est issu Fragonard.


Le film Le siècle des Lumières d’Alain Jaubert qui donne à voir la diversité de son œuvre et les fameux tableaux "Le Verrou" et "Les Hasards heureux de l’escarpolette".


samedi 26 septembre 2015

La rentrée littéraire bat son plein

Depuis quelques semaines, 589 romans débarquent dans les librairies. Septembre sonne le retour de la rentrée littéraire, un concept typiquement français. Comme vous avez dû le remarquer, pendant un peu plus de deux mois, les livres occupent la scène médiatique culturelle, ils sortent largement des rubriques et des magazines spécialisés, de nombreux écrivains participent à des rencontres avec leurs lecteurs... Les bibliothécaires ne peuvent que s’en réjouir !

Mais la rentrée littéraire obéit à plusieurs contraintes, en particulier la perspective des prix de l'automne, qui influence les maisons d'édition dans leurs choix. Les prix sont en effet des multiplicateurs de vente : 400 000 exem­plaires en moyenne pour le Goncourt, 200 000 pour le Renaudot, 150 000 à 200 000 pour le Femina… Si les meilleurs romans (ou les plus médiatiques) vont donc connaître le succès ces prochaines semaines, d’autres vont souffrir de cette avalanche de sorties… Sur le plan commercial, sortir autant de livres en même temps semble être une aberration. Ils ne seront pas plus de 20% à bénéficier d’une visibilité médiatique et d’une mise en valeur dans les librairies, même si internet et les réseaux sociaux augmentent les possibilités de toucher les lecteurs. C’est bien l’espoir d’un prix qui fait prendre ce risque, mais aussi l’envie de participer à la fête.


Cette année, on note que ce sont des femmes qui se partagent les plus gros tirages et qui occupent l’espace médiatique, courant de talk-show en émission radio : Amélie Nothomb avec Le crime du comte Neville, Delphine de Vigan avec D’après une histoire vraie, Caroline Martinez avec La terre qui penche ou encore Christine Angot avec Un Amour impossible.

Côté littérature étrangère, plusieurs poids lourds américains se font remarquer : Toni Morrison, Martin Amis, David Foster Wallace, Richard Ford ou encore Jim Harrison. Et parmi les romans policiers, cela ne fait pas de doute, le plus attendu est Millénium tome 4, la suite de la saga de feu Stieg Larsson, écrite par David Lagercrantz.

Depuis l’année dernière, la tendance est aux biographies romancées. Avec plus ou moins de liberté, les écrivains racontent la vie de personnages réels, célèbres ou méconnus : Bernard Chambaz s’intéresse ainsi à Vladimir Poutine, Yasmina Khadra à Kadhafi, Romain Puertolas à Napoléon ; Laurent Binet évoque la mort de Roland Barthes, Judith Perrignon celle de Victor Hugo ; Simon Liberati parcourt l’enfance manipulée de son épouse Eva, fille de la photographe controversée Irina Ionesco ; Philippe Jaenada revisite l'histoire de Pauline Dubuisson, connue pour avoir assassiné son amant dans les années 50…

A la Médiathèque, nous sélectionnons un panel de romans aussi large que possible (impossible de tout acheter !) et nous recevons les livres au fur et à mesure de leurs parutions. Pensez à utiliser le système de réservation quand le roman que vous voulez lire est déjà emprunté. Et n’hésitez pas à demander conseil aux bibliothécaires !

Voici leurs premières impressions :

Amélie a lu le roman de Delphine de Vigan, très médiatisé, mais il l’a laissée sans avis tranché :
« Motivée à l’idée de rencontrer cette auteure encensée, j’ai rapidement déchanté. J’ai eu le sentiment d’être confrontée à une écriture sans saveur, avec des digressions dont je ne comprenais pas l’intérêt. L’intrigue est apparue bien tard, même si par moment la tension était palpable et laissait penser que quelque chose allait se passer. C’est finalement à la fin du roman que tout s’est éclairé. Sans aucun doute un exercice de style, mais bien éprouvant pour le lecteur. »


Loïc a apprécié le dernier roman de Yasmina Khadra :
« Dans ce récit à la première personne, l’auteur nous plonge dans les souvenirs de Kadhafi pour nous faire comprendre le dictateur qu’il est devenu. On voit à travers la plume de Khadra à quel point Khadafi avait un amour infini pour le peuple libyen, et pourtant aucun remord pour les atrocités commises pendant ses 30 ans de dictature. C’est pourquoi Kadhafi ne comprend pas la trahison du peuple libyen, qui cherche à tout prix à le tuer. Khadra nous raconte sa mise à mort par des rebelles, une fin pitoyable, il n’y a pas d’autre mot. Il décrit les dernières heures de sa vie, obligé de se cacher dans une école avec ses derniers fidèles, et où il est finalement retrouvé par les rebelles et lynché. C’est un roman audacieux, éclairant, que je recommande. »

Fabienne a été intriguée par Les gens dans l’enveloppe, d’Isabelle Monnin, certainement le roman qui se démarque le plus par sa singularité :
« En 2012, Isabelle Monnin achète pour quelques euro sur internet un lot de 250 photos d’une famille qu’elle ne connaît pas. Les photos sont banales et pas forcément réussies mais émouvantes car parlant de l’intimité d’un foyer sur 40 années, pouvant résonner en chacun d’entre nous et donc touchant à l’universel. En analysant ces images, l’écrivain décide de broder une histoire et un vécu à cette tribu, inventant prénoms et personnalités, lui redonnant ainsi une deuxième vie. Une fois sa fiction terminée, elle décide d’enquêter sur le parcours réel de ces gens et arrive à les rencontrer. Se confiant à son ami Alex Beaupain sur ce projet littéraire un peu fou, celui-ci imagine alors un univers sonore autour de ce cercle familial et créé des chansons dont certains morceaux sont même interprétés par la fille et la mère. Alors laissez-vous bercer par ces mélodies tout en feuilletant les pages de cet ouvrage insolite à la fois roman, enquête et album photos. Qui est aussi une réflexion sur le pouvoir évocateur des images. Et une démarche poétique qui s’apparente à une performance artistique. »


Aline a voulu tester le roman de Christine Angot, à propos duquel on lit des choses très contradictoires dans la presse :
« C’est le premier roman de cet auteur que je lis. On entend souvent dire qu’elle écrit un peu la même histoire à chaque fois. Pour moi, c’était nouveau, et je n’ai pas trouvé cela dénué d’intérêt. Cet amour passionnel de la mère pour un homme aussi méprisant m’a même parfois touché. Cependant, je n’ai pas apprécié l’écriture, que j’ai trouvée plate et médiocre au point qu’elle dessert le récit. Ce n’est donc pas le livre que je recommanderais. En revanche, je viens de commencer un roman totalement différent, celui d’Alain Mabanckou, et je pense qu’il fera partie des belles découvertes. De l’humour, du rythme, de la sensibilité, une langue inventive : c’est tout ce qu’il faut, selon moi, pour faire un bon roman ! »


Nadia a lu avec plaisir La Zone d’intérêt, de Martin Amis :
« Il existe des livres qui arrivent précédés d’une polémique. Le roman de Martin Amis, grand auteur anglais, est de ceux-là. Est-ce le sujet, un camp d’extermination en Pologne, ou bien le ton choisi par l’auteur qui a poussé son éditeur français Gallimard à refuser son manuscrit ? Peu importe, Calmann-Lévy le publie et nous pouvons le lire.
Martin Amis avait déjà raconté la vie d’un nazi dans son roman La flèche du temps. Cette fois-ci l’étude de caractère passe par trois personnages. Un commandant de camp, un officier SS qui tente de séduire l’épouse du premier et un déporté juif qui officie dans une unité de Sonderkommandos. Ils se partagent le récit et chacun nous raconte son quotidien dans cette zone d’intérêt (nom employé par les Nazis pour désigner la région d’Auschwitz).
On est parfois plus proche du vaudeville que du récit historique autour de la Solution Finale. Mais Martin Amis arrive, avec ce ton grinçant qui lui est propre, à nous rendre, si c’était possible, encore plus insupportable ce que l’on sait déjà des camps d’extermination. Tout y est, le grotesque, la vulgarité, l’horreur, et parfois même le rire. La sophistication de l’écriture de l’écrivain permet tout cela. Et comme Primo Levi, que Martin Amis évoque dans sa postface, on peut dire que ce qui s’est passé ne peut être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où comprendre c’est presque justifier.
Un livre à découvrir pour cette rentrée littéraire qui donnera envie de lire ou relire Le Nazi et le barbier d’Edgar Hilsenrath. »

Si vous voulez davantage de conseils, vous en trouverez en quantité sur Internet. Le site du magazine Marianne fait par exemple la liste des romans décevants de cette rentrée, tandis que Les Echos mettent l’accent sur des titres peu médiatisés qui méritent d’être découverts. L’émission de LCI « Les coups de cœur des libraires » remet elle aussi en question certains livres très médiatisés.

Vous pouvez également visionner de nombreuses vidéos de « booktubeurs » telles que celles-ci :





Et en bonus, nous vous conseillons ce feuilleton inédit de France Culture dont l’intrigue et le suspense tiennent en une question : Qui aura le Goncourt 2015 ? … !

Bonnes lectures à tous !

mercredi 23 septembre 2015

Les bébés des crèches lisent aussi...

Mardi 22 septembre a marqué le début d'un nouveau partenariat entre la Médiathèque et le service petite enfance.

Pour cette rentrée 2015, les bibliothécaires de la Médiathèque proposent désormais diverses actions pédagogiques à destination des enfants mais également des professionnels de l'enfance. Des ateliers-lectures, des accueils sur projet, des temps de formation... de multiples outils de sensibilisation à la littérature de jeunesse pour les crèches, les assistantes maternelles mais aussi les écoles et les centres de loisirs.

Désormais, tous les mardis matin, Christelle, Carine et Geneviève se rendront dans différentes crèches et multi-accueils de la ville et baladeront leurs mallettes à histoires d'une section à une autre. Chaque semaine, une nouvelle thématique sera abordée au travers d'albums et de comptines. Mardi dernier, les petits loups des Petits Cailloux ont entendu la douce voix de Christelle leur conter des histoires de vêtements et les bout-de-choux du Petit Poucet ont profité du duo Carine-Geneviève pour savourer des histoires tout en couleurs.

Autant dans la section des moyens que dans celle des grands, le raconte-tapis "Mer bleue" a eu beaucoup de succès.

Chez les bébés, on a été captivé par Noir sur Blanc et par la comptine Une souris verte.

Avant de partir, nous avons laissé une bibliographie imagée qui sera affichée dans le hall de chacune des crèches afin que vos enfants puissent vous montrer le livre qu'ils ont préféré. Vous pourrez bien entendu emprunter toute notre sélection à la Médiathèque et abonner vos enfants. Profitez-en, c'est gratuit jusqu'à 11 ans inclus !

Bébés, Moyens, Grands, tous les enfants présents ont bénéficié de notre venue et le moins qu'on puisse dire c'est que tous les petits pieds ont été très attentifs !


Pour plus d'information sur les actions menées par la Médiathèque pour sensibiliser les professionnels, les parents et les enfants à la lecture, consultez notre plaquette de présentation.

vendredi 18 septembre 2015

La séance bébés lecteurs du 26 septembre 2015

Dans une dizaine de jours, nos bébés lecteurs font leur rentrée. Et pour cette première séance du samedi 26 septembre, nous vous avons réservé une petite surprise.

À l'image de notre belle décoration de la salle des petits...



Vos petits loups vont plonger dans un océan d'histoires et de comptines...

Et découvrir le raconte-tapis " Mer bleue "* :


Christelle et Heather leur ont choisi de belles histoires pleines de couleurs et d'humour.


Et s’entraînent à parfaire leur timbre de voix pour leur chanter les plus douces des comptines :




Nous vous attendons nombreux pour cette première séance et vous rappelons que pour vous inscrire aux animations proposées par la Médiathèque, c'est gratuit et cela passe par notre billetterie en ligne !


* Ce raconte-tapis "Mer bleue" nous a été gracieusement prêté par la bibliothèque départementale des Yvelines. Il a été réalisé d'après l'album éponyme de Robert Kalan.

jeudi 10 septembre 2015

Cendrillon, Raiponce, Jack et le potager magique

Mercredi 9 septembre, nous avons reçu les enfants de MS/CP des centres de loisirs de Pontillon et d'Estienne d'Orves pour un atelier un peu spécial...

Dans le cadre du Festival des Vendanges, qui a lieu chaque année à Suresnes, la Médiathèque accueille un potager portatif dans lequel nous avons planté des graines. Mais pas n'importe quelle graine! Des graines de contes.



Nous espérons que notre citrouille devienne assez grosse pour servir de carrosse à la belle Cendrillon, que notre salade fasse honneur à Raiponce, que nos petits pois ne dérangent pas trop la Princesse, que le gros navet ne soit pas trop gros et enfin que les haricots de Jack ne nous emmènent pas plus haut que le 4ème étage.

L'atelier a démarré par la lecture de la Mare aux aveux, dans laquelle un âne mange tout le blé que la pauvre poule s'est embêtée à planter toute seule. Nous leur avons raconté également la Soupe au caillou. Vous savez, cette histoire où le loup se fait berner par une poule (décidément les poules sont bien plus malignes qu'on pourrait le penser...) qui arrive à lui faire croire qu'avec un simple caillou on peut cuisiner une délicieuse soupe. Alors qu'en fait ce sont les quelques carottes, pomme de terre, courgettes, champignons et autres légumes qui vont la rendre si bonne...

Bien évidemment, nous en avons aussi profité pour leur faire découvrir d'autres versions de ces contes que l'on croit bien connaître.



Les enfants nous ont ensuite aidés à décorer notre potager en créant des couvertures de livre à l'image des contes mettant en scène des légumes. Grâce à leur talent, notre potager sera le plus beau pour le jour du défilé.

 






Nous vous invitons à venir dès maintenant admirer leur travail. Nos belles plantes vous attendront bien sagement dans l'atrium de la Médiathèque jusqu'à fin septembre. Sinon, vous pouvez aussi choisir d'assister au défilé des chars le 4 octobre et tenter de reconnaître celui de la Médiathèque.

lundi 7 septembre 2015

Vu sur le Net pour les petits - Septembre 2015

Tu as entre 6 et 10 ans et tu es curieux de tout ? Tu veux surtout t'amuser et comprendre le monde qui t'entoure ? Alors tu es au bon endroit !

Vu sur le net pour les petits est un choix de sites que tu retrouveras sur le blog tous les 2 mois avec des histoires interactives, des coloriages en lignes, des jeux... que nous avons sélectionnés spécialement pour toi.

N'hésite pas à nous signaler celles que tu aimes (ou que tu n'aimes pas) dans les commentaires...

  • C'est toi l'artiste !


Coloritou propose des coloriages en ligne pour tous les goûts :

Coloritou

 
    • Tu aimes la nature ?


    Le jardin enchanté de Pouce vert est un endroit magique pour jouer et découvrir les joies du jardinage. Si tu réussis tous les jeux de tous les niveaux, tu gagneras le droit de toucher la Citrouille magique de la Médiathèque et de faire un vœu. Attention, une cérémonie spéciale en présence d'un bibliothécaire est indispensable !

     Le jardin de Pouce Vert  

    • Des contes traditionnels revisités en mode interactif 


    Dans Il était deux fois... choisis les bons objets pour avancer dans l'histoire :

     Il était deux fois

    • Objectif Lune !


    A toi de construire une fusée pour que George puisse aller dans l'espace :

    http://www.zouzous.fr/enfants/content/george-dans-lespace

    • Vis comme un esquimau


    L'espace ne te tente pas trop ? Peut-être préfères-tu partir vers le Grand Nord avec Inuk, le jeune esquimau. Au programme : joue de la musique sur des instruments traditionnels, dessine, découvre la vie quotidienne des enfants du froid...

    inuksite


    • Apprends l'histoire de France en t'amusant


    Monument jeu d'enfant te propose une chasse au trésor à travers l'Histoire. Une occasion de (re)découvrir des monuments célèbres que tu pourras visiter également durant les " Journées du Patrimoine " se déroulant les 19 et 20 septembre.  

     Monument le jeu

    mardi 1 septembre 2015

    Retour sur... le Club Gamers - Saison 2014-2015


    Tu as participé au Club Gamers de la Médiathèque en 2014-2015 ou tu hésites encore à t’inscrire ? Cette vidéo est faite pour toi !

    Ce florilège d’avis et d’anecdotes des membres du club va te faire découvrir ce qu'est vraiment le Club Gamers.

    Alors si toi aussi tu as entre 12 et 18 ans et que tu aimes jouer, si tu donnes souvent ton avis (même quand on ne te le demande pas), si tu connais la définition des mots troller, geeker, RPG ou shoot'em up, si tu sais que Zelda est une fille... ou que tu ne sais rien de tout ça mais que ça te tente bien quand même, participe aux pré-inscriptions à l’espace numérique de la Médiathèque, à partir du 8 septembre.

    Un grand merci à Steven, Mathéo, Flavio, Yvain, Waël et Hicham d'avoir répondu à nos questions !



    Attention spoiler : pour la deuxième édition vous aurez encore plus de surprises et la vidéo inclura des effets spéciaux.