dimanche 15 avril 2018

Retour sur... le District 15

La médiathèque organise plusieurs actions en lien avec la littérature adolescente et pour les adolescents. Petit retour sur la dernière séance du club de lecture à destination des adolescents et sur leur implication dans l'édition 2018 du Salon du livre Ado.

Depuis 3 ans, vos bibliothèques participent au Salon du livre Ado, qui a lieu en novembre à Suresnes, en impliquant notamment les membres du club de lecture appelé "District 15". Réunis tous les deux mois durant la période scolaire, les ados y partagent leurs avis sur les livres, films, séries…qui les ont marqués. Ils échangent aussi sur les textes qu’ils écrivent et les blogueurs qu’ils suivent.

Lors de la dernière édition du Salon du livre pour ado, les membres du District 15 ont activement participé à l’organisation d’un Escape Game, qu’ils ont animé. Motivés pour recommencer, ils se remettront au travail pendant les vacances de Pâques pour préparer celui de l’édition 2018 !

Nouveauté de taille pour cette année : la médiathèque reçoit depuis quelques semaines des exemplaires de livres tout juste parus, et parfois même encore inédits, réservés aux participants du District 15 ! Ainsi, les ados ont désormais la possibilité de choisir ceux qu’ils voudront voir figurer dans nos collections. Merci aux généreux éditeurs : Talents hauts, Poulpe fictions, 404, Sarbacane…pour leurs envois d’exemplaires de Service de Presse !

Et maintenant, place aux derniers coups de cœur des membres du District :

L’avis de Joseph Levy sur Les enfants de Noé de Jean Joubert, et La forêt de Hokkaido d’Eric Pessan :


« Assis en tailleur sur un tapis de neige parfait, j'ai pu me réchauffer comme au coin du feu avec l'amour puissant que m'a porté ce livre. Ce sont 298 pages que j'ai dévoré tout en les dégustant. Ces mots méritent un grand respect. Les enfants de Noé présente une petite famille habitant aux Alpes. Après plusieurs avalanches et chutes de neiges conséquentes, leur maison se retrouve totalement ensevelie sous la neige. Il ne reste plus que Pa, Ma, Simon et Noémie enfouis sous un monde blanc-grisâtre ; dénué d'âme et de vie. Dénué d'humanité. Et c'est finalement dans cet univers déshumanisé, lorsque la nature reprend ses droits, après s'être soumise à l'homme toujours un peu plus, que la vraie base de l'humain se réveille dans ce monde futuriste. Jean Joubert exploite ici l'amour profond d'une famille, une solidarité concrète et une chaleur bien plus que réconfortante au milieu de cette neige omniprésente. Mais malgré tous ces ingrédients et péripéties, vont-ils tout de même réussir à s'en sortir ? Un coup de cœur qui ne me laisse pas indifférent. »


« De loin, s'offre à nous une verdure sans faille et un nombre d'arbres à faire tourner la tête. Mais la forêt de Hokkaido représente la société. Parfaite de l'extérieur, sauvage de l'intérieur. Julie rêve à répétition de cet enfant asiatique, perdu au milieu de cet environnement indéchiffrable, entremêlé de dangers. Une lecture qui nous culpabilise, et accentue avec force chaque émotion ressentie. Une grande ampleur pour ces 136 pages qui mélangent subtilement le rêve et la réalité, cette fille et ce petit garçon. Eux, "Nous" ».

L’avis d’Adrien sur Nosétoiles contraires de John Green :


« Nos étoiles contraires raconte l’histoire d’Hazel, une jeune fille souffrant d’un cancer, qui fréquente un groupe de parole d’adolescents ayant survécu à la maladie, ou se battant contre elle. Elle y rencontre un jeune homme, et très vite une histoire d’amour se tisse entre eux. L’histoire est plaisante par son aspect improbable : on sait tout au long que ces deux amoureux peuvent mourir, pour autant le récit n’est pas centré sur la maladie. Celle-ci est rappelée par petites touches. Il y a beaucoup d’humour dans ce livre, très rythmé malgré quelques passages qui paraissent un peu longs (les moments passés au groupe de soutien, mais ce sont aussi des moments qui paraissent longs à Hazel). On ressent la pesanteur de la situation, autant que les moments de joie. D’une page à l’autre, ce livre peut nous faire ressentir toutes les émotions possibles »

L’avis de Mehdi sur le Tartuffe, de Molière :


« J’ai lu Tartuffe pour les cours et l’ai beaucoup aimé. L’histoire se déroule dans la maison d’Orgon et d’Elmire, sa femme, qui héberge le religieux Tartuffe. Orgon est en admiration devant Tartuffe, qu’il idéalise, sans savoir qu’il est manipulé et que Tartuffe convoite sa femme. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Dorine, la servante : elle est ironique, elle parle et dit ce qu’elle pense, ce qui est inattendu pour un rôle de servante. J’ai aimé aussi le retournement de situation à la fin de la pièce. »

L’avis de Djawad sur Opération Phénix de Franck Krebs :


« Chaque livre est composé de plusieurs épisodes. C’est l’histoire de quatre adolescents qui ont une existence normale jusqu’à la mort (par assassinat) ou la disparation de leurs parents. Les adolescents ont été enlevés par le SPS 666 (l’agent secret qui les a capturés et qui a enlevé /tué leurs parents). Tous les personnages parlent. A chaque chapitre, on a le nom du personnage qui parle, ce qui simplifie la lecture. Ce livre m’a beaucoup plu parce que c’était un livre d’espionnage. Au début, il y a un attentat dans la galerie de Pékin et aucune arme n’est retrouvée. L’ennemi des adolescents s’appelle " la voix ". Il y a énormément de personnages. Ce qui m’a moins plu c’est qu’il y a trop de noms et ils sont à difficiles à prononcer. La série comporte 4 saisons et j’ai préféré la fin car j’ai été choqué par la dernière phrase. »

L’avis de Tiffany sur La maison des reflets de Camille Brissot :


« Ce roman propose une très belle réflexion autour de la question de la mort des êtres chers : Qu’est-ce que le deuil ? Les "maisons de départ" sont des lieux où des avatars numériques parfaitement conformes aux disparus, jusque dans les moindres détails de leur personnalité, facilitent le travail de deuil des vivants. Ces maisons de départ sont-elles vraiment bénéfiques ? Qu’est-ce qui fait vraiment une personne, et la distingue d’un reflet ? J’ai beaucoup aimé la façon dont ce récit traite de notre rapport à la mort, notamment à travers la relation épistolaire entre Daniel et Violette, l’un appartenant au monde des maisons de départ, et l’autre au monde des vivants, tous deux se sentant à l’étroit dans leur monde respectif. »

L’avis de Tatiana sur le manga Tenjin de Yoichi Komori :


« C’est un manga récent qui fait partie du prix Mangawa 2018. On suit Riku dont le rêve est devenir pilote d’avion de chasse. Son père était pilote, il a eu un accident qui a tué 13 civils en essayant de sauver son élève. Il veut sauver l’honneur de sa famille. C’est un pilote extrêmement doué. Son rêve est de rencontrer Tenjin, le dieu du ciel. Il y a un peu de fantastique. Riku fait partie du groupe "Charlie" (chaque pilote appartient à un groupe) et il apprend à voler avec ses amis. Il doit apprendre à piloter très rapidement. Dans le tome 1, on voit apparaître des liens entre les personnages. Dans le tome 2, Riku rentre dans l’armée, il est déjà pilote. Il a rencontré un pilote extrêmement doué avec qui il est en conflit mais son rêve c’est de voler avec lui durant sa formation. Ils finissent par voler ensemble mais ce n’était pas ce à quoi Riku s’attendait. Riku a de nouveaux objectifs à la fin de ce tome 2. »

Pour ceux qui voudraient nous rejoindre, voici les dates des prochains rendez-vous du District 15 : les mardis 5 et 26 juin à partir de 18h !

Ambre B. & Marine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire ! La Médiathèque vous répondra si besoin et se réserve le droit de le supprimer si elle le juge inapproprié.