mardi 8 mars 2016

Le plein de lectures sur les pères

Dans le cadre de la programmation « Egalité des sexes, nous avons tous à y gagner » du huitième Forum des femmes, la ville de Suresnes propose des interventions autour la paternité. Plusieurs conférences auront lieu à la Médiathèque.

On le sait, l’accès des femmes au monde du travail et à la contraception ont bousculé les rapports hommes-femmes ces dernières décennies, même s’il reste encore des progrès à réaliser. La notion de famille a aussi beaucoup évoluée et un autre équilibre se dessine entre les fonctions maternelles et paternelles. Les femmes ont pénétré l’univers masculin et les hommes nouent de nouvelles relations leurs enfants. Alors que les femmes ne se réalisent plus uniquement dans la maternité, une révolution dans l’art d’être papa s’est opérée.

A la Médiathèque, vous trouverez des magazines qui traitent de ces questions (Famili et Psychologie Magazine, par exemple) ainsi que de nombreux livres documentaires. Les livres qui concernent la sociologie de la famille sont classés à la cote* 306.8  (couple, mariage, homoparentalité, adoption, famille recomposée…) et ceux qui traitent du droit de la famille sont à la cote 346.015. Les livres qui abordent les relations hommes-femmes, la féminité et la masculinité, la notion de genre, la parité, les inégalités, sont à la cote 305.3. Dans le rayon puériculture (cote 649), les jeunes papas pourront trouver des livres pratiques sur la naissance et les activités avec leurs nouveau-nés. Enfin, de nombreux livres sur la paternité se trouvent aussi au rayon psychologie de la famille (cote 155.646).


La filiation est au cœur de toutes les sociétés. Si vous êtes curieux d’en savoir davantage sur les pères de Nicolas Sarkozy, de Manuel Valls, de Ségolène Royal ou de Najat Belkacem, vous pourrez lire Même les politiques ont un père d’Emilie Lanez qui introduit ainsi son ouvrage :  « Evoquer son père, c’est se reconnaître l’otage d’une filiation. Cette règle, au cœur de la psychanalyse, se vérifie avec tous les politiques, même ceux, fort nombreux, qui ont tenté de gommer de leur récit scories, blessures et petitesses. Dans le flot des confidences, les enfants devenus grands perdent un peu de leur contrôle, ils s’égarent, trébuchent. Furtivement, ils sont sincères.»

Et il n’y a pas que les relations des politiques avec leurs pères qui peuvent être intéressantes : venez également lire et comparer les œuvres de Dumas père et fils, Jean et Edmond Rostand, Henri et Yann Queffélec, Joe Hill et Stephen King… Même les écrivains ont un père !


L’histoire de la littérature regorge d'ailleurs de romans qui ont traité cette thématique de la paternité de mille façons. Parmi les toutes dernières nouveautés, voici quatre belles lectures autour de la grossesse et de la naissance :

- In utero, de l’écrivain voyageur Julien Blanc-Gras, raconte avec humour les peurs, les doutes et les joies de l’auteur pendant les neuf mois de grossesse de sa compagne, tout en partageant aussi des réflexions plus profondes sur la paternité.

- Apprendre à marcher aux enfants rassemble plusieurs nouvelles écrites par Mikaël Ollivier après la naissance de sa fille. Extrait : « Par l'humour ou l'émotion, ces histoires se sont imposées à moi parce que je suis père, parce que je suis fils, parce que nous sommes tous les enfants de quelqu'un, parce que mes petits grandissent trop vite et parce que celui qui m'a appris à marcher est devenu grand-père. »

- Les jours areuh, de François d’Epenoux, est un ouvrage plus subtil qu’il n’y paraîtrait au premier abord : mi-fiction mi-autobiographie, il évoque avec beaucoup de tendresse les émotions d’un homme qui vient de devenir père alors qu’il a 50 ans.

- Naissance d’un père, de Laurent Bénégui, pose une question complexe : comment les hommes deviennent pères ? Beaucoup d’hommes se reconnaîtront sans doute à travers les interrogations de Romain, qui a des difficultés à se sentir papa et à appréhender tout ce qui va être bouleversé dans sa vie. Pour compliquer le tout le héros se voit confronté à un certain nombre d’épreuves au moment de l’accouchement de sa compagne…

Au-delà de la naissance d’un enfant, la paternité est traitée de beaucoup d’autres manières par les romanciers. Nous vous recommandons, dans un registre différent, La profession du père de Sorj Chalandon, un roman très puissant qui dépeint sans pathos la vie d’Emile, qui subit la tyrannie de son père paranoïaque et mythomane mais qui, enfant, l’admire, et adulte, essaiera de comprendre. Nous vous invitons aussi à découvrir La fille de son père d’Anne Berest. Ce roman raconte l’histoire de trois sœurs et la découverte d’un secret : l’une d’elle a un autre père biologique.




La bande dessinée n’est pas en reste. Des auteurs et illustrateurs aux univers très différents se sont emparés de la thématique de la paternité. Nous vous proposons ces quelques titres remarquables :

- Quartier lointain de Taniguchi : Qui n'a jamais rêvé de revenir à l'adolescence pour revivre le passé ? C'est ce qui arrive bien malgré lui à Hiroshi, maussade employé de 48 ans à la vie monotone. Revenir à ses 14 ans va tout d'abord l'exalter et le réjouir, mais surtout l’amener à porter un regard d'adulte sur ses parents. Et tenter de découvrir pourquoi cet été-là son père a décidé de partir sans un mot... Un album nostalgique et introspectif, qui donne à réfléchir sur les adultes que nous sommes devenus. Avec son trait précis et son rythme lent et contemplatif, Taniguchi nous livre ici un de ses meilleurs albums.

- Un drôle de père de Yumi Unita : Daikichi, trentenaire et célibataire endurci, rencontre le jour de l'enterrement de son grand-père, Rin, une fillette de six ans. Elle se révèle être la fille "illégitime" de son grand-père. Sa mère ayant disparu sans laisser de trace, Rin risque de finir dans un orphelinat d’autant que personne ne veut s’en occuper dans la famille. Daikichi n’écoutant que son cœur décide de la recueillir mais n’a cependant aucune expérience en la matière. On suit donc ses déboires au fil des tomes. Une série sympathique, au dessin simple, qui se révèle drôle et attendrissante.

- Deuxième génération : ce que je n'ai pas dit à mon père de Kichka : L'auteur raconte ici son enfance et ses relations avec son père. Celui-ci a vécu une expérience unique et extrêmement traumatisante : il est l'un des survivants des camps de concentration. Hélas pour Kichka son père n'est jamais complètement "revenu des camps". Il ne cesse d'y faire allusion chaque jour à chaque moment et, d'une certaine façon, toute la famille se retrouve ainsi prisonnière de ce traumatisme. Kichka, à travers cet ouvrage, essaie de s'émanciper de ce lourd passé et le fait d'une manière touchante, drôle et sincère. A la fois documentaire et récit intimiste, cet album au dessin simple mais expressif, se révèle poignant.

- Le journal des pères de Ratte : Tout le monde connait l'histoire de Jésus et de ses apôtres, mais peu se souviennent que ces apôtres avaient des pères ! Et quand ce mystérieux prophète débarque et emmène leurs fils, ils ne sont pas des plus ravis... Trois d’entre eux décident de partir à la recherche de leur progéniture, non sans difficultés car sur son passage Jésus ne fait pas que des heureux... Une série savoureuse, tant par le graphisme jouant entre réalisme et caricature que par les personnages hauts en couleurs. Tour à tour hilarants et philosophiques, ces albums donnent un éclairage unique sur les évangiles.

- Nous ne serons jamais des héros de Salsédo & Jouvray : Mickael est un pantouflard invétéré qui vivote nonchalamment en attendant que le temps passe. Le décès de sa grand-mère va chambouler son train-train. Son père, un vieil homme désagréable qu'il n'a pas vu depuis 25 ans, l’invite pour un voyage autour du monde. Mickael accepte de mauvaise grâce mais va s'apercevoir que derrière son caractère bourru et acariâtre, ce dernier cache de vieilles blessures... Le dessin nerveux de Salsedo rend parfaitement compte des expressions des personnages. Nostalgie, rêves déçus, choix de vies... autant de thèmes abordés par cet album prenant.

- Chaque chose de Julien Neel : Retrouver son père à l'hôpital, branché avec un nombre invraisemblable de tuyaux est probablement l'une des expériences les plus éprouvantes à vivre. C'est à son chevet que Julien se souvient d'un été où il avait accompagné celui-ci, déguisé en mascotte, sur les plages de la baie de Somme. Le passé et le présent se mélangent pour Julien, qui décide de raconter son expérience dans cet album. Avec son trait rond et chaleureux, il aborde le thème de la filiation avec énormément de tendresse et de subtilité en soulignant avec brio que chaque chose est importante.



Du côté des livres pour enfants, les pères sont évidemment très présents !

Pour les ados, vous trouverez deux coups de cœur commentés sur le site de la médiathèque par Amélie, bibliothécaire jeunesse : Dysfonctionnelle d’Axl Cendres, et Boys don’t cry de Malorie Blackman.

Pour les plus jeunes, voici deux romans et une BD qui touchent juste :

- Oublie-moi un peu, papa ! de Brigitte Smadja : Quand ses parents décident de se séparer le papa de Naomi devient très présent dans sa vie afin de pouvoir profiter du temps qu’il a avec sa fille. Cependant ce changement devient un peu pesant pour la jeune fille qui souhaiterait que son père la laisse un peu plus libre. Un beau roman sur la difficulté de trouver le bon comportement pendant une séparation et sur les changements que cela peut provoquer dans la relation père-enfant.

- Le bébé tombé du train de Jo Hoestlandt illustré par Andrée Prigent : Une histoire très forte d’un homme qui pendant la seconde guerre découvre dans son jardin un enfant laissé là par sa mère dans un ultime espoir de le sauver des camps de concentration. C’est l’histoire d’une relation qui se noue, d’un vieil homme solitaire qui va devoir prendre soin d’une autre personne, d’un être qu’il ne connait pas mais qu’il va chérir, bref qui peu à peu apprend à être père.

- Dad (2 tomes) de Nob : Chaque planche de cette BD raconte toutes les aventures de « Dad », père célibataire d’une joyeuse famille composée de ses quatre filles dont il a la garde, toutes nées de mères différentes, la plus grande étant ado, sa plus petite étant encore bébé.

Et pour finir, trois albums à faire découvrir aux petits :

- La poupée d’Auguste de Charlotte Zolotow et Clothilde Delacroix : Auguste rêve d’avoir une poupée. Pas facile pour ce petit garçon d’assumer ce choix face aux moqueries des autres petits garçons et au refus de son papa. Il trouve pourtant une oreille attentive grâce à sa grand-mère qui fait comprendre au père que c’est justement pour lui ressembler qu’Auguste veut une poupée, « afin qu’à son tour son fils puisse apprendre à être père » !

- Mon papa est un soleil de Johan Leynaud : Le papa de ce petit garçon est un super papa, il sait faire des choses extraordinaires comme claquer des doigts ou faire ses lacets. Son enfant l’admire tellement qu’il se sent tout petit à côté de lui, mais heureusement son papa est tellement génial qu’il lui apprend à grandir afin que le petit garçon devienne lui aussi un soleil.

- Un papa sur mesure de David Cali et Anna Laura Cantone : Une petite fille a une maman merveilleuse, (très grande, très belle et tellement intelligente qu’elle sait faire des puzzles) mais elle n’a pas de papa. Elle part alors en quête d’un papa avec les mêmes qualités que sa maman, passe une petite annonce et fait même passer un casting. Elle se rend compte que finalement un super papa n’est pas forcément le plus beau ou encore le meilleur en calcul ; le plus important est qu’il soit gentil, beaucoup plus gentil que les autres papas. Tellement gentil que même parfois il lui lit deux histoires avant de dormir.


Retrouvez notre sélection de documents sur la paternité sur notre site en cliquant ici !




* Code alphanumérique qui permet de classer les documentaires par thématiques et aide ainsi à les retrouver dans les rayons

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire ! La Médiathèque vous répondra si besoin et se réserve le droit de le supprimer si elle le juge inapproprié.